Chroniques littéraires

La vie est belle et drôle à la fois – de Clarisse Sabard

Clarisse Sabard, La vie est belle et drôle à la fois, chronique littéraire, avis littéraire, blog Livres et Carnets

Le mois de novembre étant arrivé, il est grand temps de me lancer à l’assaut de ma PAL de Noël, que je vous ai présenté sur mon compte instagram (n’hésitez pas à me rejoindre là-bas si le cœur vous en dit).

Ce roman de Clarisse Sabard est le premier que je découvre, mais aussi l’un des premiers romans de Noël que je lis, étant totalement passée à côté de cette thématique les années précédentes. A l’origine, j’ai craqué sur sa dernière parution, Sous un ciel étoilé. Puis, ayant appris que l’auteure a publié quelques autres romans auparavant mettent en scène le même paysage de fond, j’ai souhaité tout lire dans l’ordre. La vie est belle et drôle à la fois est donc le premier auquel je m’attaque.

Quatrième de couverture

« Il me reste quelques rêves à réaliser
et le moment est venu de m’y atteler.
Je vous aime très fort.
À très bientôt !
Maman. »

Léna n’en revient pas. Comment sa mère, qui l’a convoquée pour passer Noël dans la maison de son enfance, a-t-elle pu disparaître en ne lui laissant que ce message sibyllin ? La voilà donc coincée dans le petit village de Vallenot au cœur des Alpes de Haute-Provence et condamnée à passer la fête qu’elle hait plus que tout, entourée de sa famille pour le moins… haute en couleur ! Mais les fêtes de famille ont le don de faire rejaillir les secrets enfouis. Les douloureux, ceux qu’on voudrait oublier, mais aussi ceux qui permettent d’avancer…

Extrait

Je vais éviter de lui dire que j’ai trop souvent tendance à sauter le repas du midi à cause de mon travail très prenant, car elle serait capable de venir s’installer chez moi.
– Et tu ressembles à un vieux phoque fatigué, termine-t-elle. Tu ne dors pas assez.
A l’évidence, ma grand-mère était absente le jour de la distribution de la diplomatie, mais nous avons tous fini par nous y habituer. Ce n’est jamais méchant, c’est juste sa façon d’être.

La vie est belle et drôle à la fois, Clarisse Sabard – p.11 et 12

Mon avis

Au premier abord, ce roman, publié aux éditions Charleston Poche, a tout ce qu’il faut pour donner envie au lecteur de se plonger dans la magie de Noël. En premier lieu, la couverture aux couleurs de la saison se pare de vert et de rouge. On y aperçoit même une couronne de Noël. Tous les feux sont donc au vert et indiquent qu’il s’agit bel et bien d’un roman de Noël.

Mais cela n’est bien sûr pas suffisant pour constituer une bonne lecture de fêtes de fin d’année, puisque le principal reste tout de même la trame narrative et les décors qui plongent le lecteur dans l’ambiance. Alors, est-ce le cas pour ce roman de Clarisse Sabard ?

Dès le début du roman, tous les éléments semblent réunis pour que le lecteur passe un bon moment : des personnages attachants (pour certains, notamment la grand-mère de Léna pour qui j’ai eu un véritable coup de cœur car elle sort totalement des clichés habituels), une ambiance et un cadre de Noël posés immédiatement (mais trop peu présents par la suite) ainsi que de l’humour et des mauvaises blagues. Seul petit bémol, Léna, le personnage principal de l’intrigue déteste fêter Noël. En cause ? Un traumatisme lié à un lourd secret de famille, dont la principale concernée ne se rappelle plus vraiment. Et bien sûr, personne n’est très enclin à l’aider. Elle va donc essayer, tout au long du roman, de percer ce mystère, tout en se réconciliant avec la période de Noël. Mais il va également falloir qu’elle jongle avec sa mère absente, son frère en pleine séparation et sa nièce ado-rebelle qui va faire des siennes.

Bien sûr, tout cela est saupoudré d’une (et même plusieurs) histoires d’amour, parsemées au fil des pages. Que seraient les comédies romantiques et romans de Noël sans cette touche. Forcément, tout ne se passe pas comme prévu dès le début. Il y a même quelques rebondissements, à la fois sur les histoires d’amour, mais également dans la trame narrative de cette famille dont on découvre petit à petit le secret et la vérité. Mais, la magie de Noël opère et « tout est bien qui finit bien », sans grande surprise.

Enfin, ce roman se lit assez facilement et rapidement, grâce à tous les ingrédients réunis mais aussi aux chapitres, rythmés et finalement assez courts (dans l’ensemble).

En bref

C’est une lecture entraînante et rythmée, à base de personnages attachants, que nous propose Clarisse Sabard. La recette avec une dose de magie fonctionne plutôt bien, même si j’aurais aimé davantage de décors de Noël car ici, nous ne sommes pas totalement plongés dedans. L’ambiance de la neige et du lait de poule aidant, mais il manque malgré tout quelques descriptions pour parfaire l’ensemble et donner davantage de magie de Noël à ce roman. Peu présentes par moments, elles nous font presque oublier la saison à laquelle se déroule le roman.

Toutefois, il me tarde de repartir à la rencontre des habitants de Vallenot et de poursuivre les aventures de Léna, avec le deuxième tome, La vie a plus d’imagination que nous.

14/20

No Comments

    Leave a Reply