La délicatesse du homard – de Laure Manel

par Emilie
La délicatesse du homard - Chronique littéraire - LIVRES ET CARNETS blog littéraire

Depuis le temps que ce livre trainait dans ma (petite) PaL, je me suis enfin décidée à le dépoussiérer pour le découvrir.

Lorsque je me le suis procuré, il me tentait vraiment avec son résumé présent sur la quatrième de couverture. Et puis, de moins en moins et enfin, il y a quelques jours (début février) je me suis enfin jetée à l’eau et j’en ai commencé ma lecture. Mais finalement, ai-je gardé trop longtemps une pépite dans ma bibliothèque ou est-ce que ce livre ne me laissera pas un souvenir impérissable ? Je vous invite à le découvrir dans ma chronique à suivre.

Quatrième de couverture

François, directeur d’un centre équestre en Bretagne, découvre, lors d’une promenade à cheval sur la plage, une jeune femme inconsciente au pied d’un rocher. Plutôt que d’appeler les secours, il décide sans trop savoir pourquoi de la ramener chez lui pour la soigner. À son réveil, l’inconnue paraît en bonne santé, mais peu encline à parler. Elle dit s’appeler Elsa mais refuse de répondre à ses questions. Commence alors entre le célibataire endurci et cette âme à vif une étrange cohabitation, où chacun se dévoile peu à peu à l’autre sans pour autant totalement révéler les secrets qui le rongent. Et même si le duo en s’apprivoisant s’apaise, leur carapace peine à se fendre…
Qui est Elsa et quelle vie est-elle en train de fuir ?

Extrait

Elle est encore là. De loin, je devine sa silhouette recroquevillée au pied du rocher. Au même endroit que tout à l’heure, et dans la même position. Instinc-tivement, je regarde ma montre. Dix-huit heures. J’en ai donc passé trois à me promener. Il est rare que je parte si longtemps, mais là j’avais du temps devant moi. Pour une fois. Je m’approche prudemment, pour ne pas l’effrayer, surtout que Jador est du genre impo-sant. Me voilà presque à sa hauteur. Elle reste dans la même immobilité. Il n’y a que ses cheveux qui volent autour de sa tête. Ce qui lui donne un semblant de vie.

Mon avis

Tout au long de ce roman, on apprend à connaître deux personnages principaux : François, directeur d’un centre équestre en Bretagne, et Elsa, une jeune femme qui semble perdu, après avoir quitté son ancienne vie. Le premier la recueille chez lui, finalement sans rien savoir d’elle et en ne lui demandant pas de lui raconter. Il apprend, petit à petit, à l’apprivoiser et à la découvrir, grâce aux bribes de sa vie passée qu’elle lui offre. En avançant dans le roman, on se rend compte que chacun, à sa manière, a été brisé par son passé. Et c’est finalement cela qui va les aider à se reconstruire, ensemble.

Le roman est essentiellement basé sur cette intrigue. Malheureusement, il n’y a pas de réelle surprise, quant à l’issue du roman. En revanche, l’auteure a eu d’excellentes idées en ce qui concerne le passé de chacun de ses personnages. Cela a vraiment apporté une consistance à l’histoire, trop molle jusqu’au milieu du roman environ. En effet, à ce stade, seuls des éléments sont disséminés et les personnages s’apprivoisent petit à petit.

Du côté de la narration, j’ai beaucoup aimé cette histoire à deux voix. Chaque chapitre est raconté par l’un des deux personnages principaux. Chaque chapitre suit néanmoins le précédent et permet aux personnages de nous raconter leur histoire, depuis leur rencontre. C’est intéressant dans le sens où il n’y a pas une « opposition » quant aux points de vue. Chacun ne relate pas toujours les mêmes scènes en ajoutant son point de vue. Les chapitres étant également courts, cela donne un peu plus de rythme à l’intrigue, assez lente dans la première moitié.

En bref

Ce roman a été une bonne lecture, grâce à la deuxième partie du livre qui, à mon avis, rattrape tout. En effet, c’est là que se passe le plus gros de l’intrigue. On en apprend beaucoup sur les personnages et notamment les deux personnages principaux. On sait enfin pourquoi Elsa a fui et quels ont été les malheurs auxquels elle a dû faire face dans sa vie (les choses sont dites de manière claires, et non pas disséminées, comme tout au long du livre…). Du côté de François, le lecteur en découvre également davantage sur sa vie et sa solitude. Cela donne alors du sel au roman.

Malheureusement j’ai été déçue qu’il n’y ait finalement pas de grosse surprise. L’intrigue principale se voyait venir dès le début du roman, finalement. Les seules découvertes ont été les histoires respectives des personnages. C’est d’ailleurs cela qui m’a donné envie de connaître la suite, au fur et à mesure.

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Laisser un commentaire